Rechercher
  • Mémoires d'Anciens

Atelier mémoire : Témoignage historique n°1

Mis à jour : janv. 28

Mémoire d'Anciens au sein de l'EHPAD "Les Merisiers" d' Adef Résidences à Morsang sur Orge sur la guerre d'Algérie et les bals dans l'Essonne.




L'Algérie et la frontière tunisienne


J'avais 20 ans donc en 1952.

J'ai passé 1 an en Algérie à la base aérienne 146 à Réghaïa. Cela faisait partie de la Défense aérienne 913. Il y avait le Commandant Peynet, le Capitaine Capelius, l'Adjudant-Chef Fontagneul et le commandant de médecine.


J'ai été appelé à aller dans les Aurès. On n'était seulement une quinzaine, on faisait des patrouilles de nuit

On a été tarabusté pas mal de fois, on a eu de la chance. Je n'ai eu qu'une seule balle dans la jambe et c'est tout, pour certains copains c'était plus grave.


Pour les patrouilles de nuit, on partait le soir à 21h30, on n'était pas beaucoup, une quinzaine seulement: Il y avait 1 Sergent-Chef et on était distancé à peu d'une dizaine de mètres les uns des autres et de temps en temps on se faisait assaillir ou attraper.

On avait une petite cabane avec un escalier en haut avec un FM (fusil mitrailleur) qu'on utilisait chacun son tour suivant les événements. Parfois on a eu très très peur. Dans la nuit, on voyait l'éclair qui sortait des fusils et c'est la qu'on se rendait compte qu'il y avait des ennemis. Ça durait environ 2 heures et après on partait se reposer un peu et c'était comme ça tout le temps.



La musique et les bals


Je suis allé prendre des leçons chez un aveugle qui s'appelait Roland Duisart qui habitait à Morsang sur Orge, pas loin de là où j'habitais. J'emportais ma caisse claire chez lui. Et c'est lui qui m'a appris à faire de la batterie.

Et je faisais des bals à 14 ans avec ma batterie et mon micro parce que j'avais une belle voix à l'époque: le vieux colombier, les Glycines, le Grésillon et dans Paris.


Le samedi soir, je faisais bal de nuit 21h à 2h du matin puis j'allais au Colombier le dimanche après-midi de 14h30 à 19 h et enfin à 20h30, je montais à Morsang pour une soirée.

Et ça a duré jusqu'au mariage.



Le travail du bois


J'étais menuisier ébéniste.

Je travaillais pour un artisan à Ris Orangis rue du docteur Crespin.

Quand j'avais fait un bal de nuit, le lundi mon patron le savait et je ne faisais pas de la machine( la toupie, la mortaiseuse, la scie à ruban...) mais seulement du montage.

Je suis resté 10ans chez ce patron là.

J'aimais bien.


La retraite


J'ai pris ma retraite à 60 ans pile.


Dans mon pavillon à Viry-Chatillon, j'avais un atelier. J'avais aménagé de grands pupitres, je faisais de la peinture à l'huile. J'en ai vendu pas mal de tableaux.


Mais je ne peux plus faire ce que je veux : c'est de pire en pire : mes jambes, mon dos, ma main droite...



11 vues

Accueil

Concept

Tarifs

Contact

 

© 2019 Copyright weekisto.fr

  • Icône sociale YouTube
  • White Facebook Icon
  • LinkedIn Social Icône